Historique voyages et sorties 2015 (1/2)

Décembre 2014: Fête des Lumières à Lyon (7,8 et 9 décembre).

Programme organisé par l'agence de voyages "BVSTOURS Lyon"

Dimanche 7 décembre 2014 :Tour de Ville Panoramique et le Vieux Lyon: ses quartiers et monuments les plus représentatifs : la place Bellecour, le quartier des Terreaux, l’Opéra, l’Hôtel de Ville, la Fontaine Bartholdi, la Cité Internationale, le quartier des Brotteaux, l’Auditorium…. Depuis l’esplanade de Fourvière (colline « qui prie »), vaste panorama sur la ville et la plaine du Rhône et commentaires historiques sur Lyon.

Visite à pied du Vieux Lyon, le plus grand ensemble en Europe après Venise, classé par l’Unesco au patrimoine historique de l’Humanité : cet univers Renaissance et gothique, étiré sur un kilomètre de longueur le long des quartiers Saint Georges, Saint Jean et Saint Paul, avec ses hautes maisons crépies d’ocre et de rose, ses cours secrètes et ses traboules, et sa cathédrale Saint Jean, donne à ce quartier richesse et unité exceptionnelles. Les guides sont libérées. 

 

Lundi 8 décembre : Les Soieries, les Traboules de la Croix Rousse, quartier sur "la colline qui travaille" et la mini croisière.

Visite de la Maison des Canuts, située 12 rue d’Ivry, 69004 Lyon,indissociable de l’historique de la Ville de Lyon, vous fera découvrir le processus du tissage artisanal de la soie, sur métier Jacquard, communément appelé « le bistanclaque ». La coopérative produit des foulards, châles ou écharpes en soies diverses et colorées, mais aussi des pièces rares pour la restauration des châteaux historiques, celui de Versailles en particulier.

Descente à pied par les traboules qui font découvrir, telle la Cour des Voraces, toutes les ingéniosités de l’architecture néo industrielle. Nous partirons à la découverte de ces fameuses traboules, passages entre les immeubles qui permettaient aux tisserands de transporter la soie sans la mouiller, puis aux résistants de se déplacer en toute discrétion (transfert en car pour le restaurant ; les guides sont libérées).

Embarquement pour une croisière commentée. Découvrez le charme d’une ville deux fois millénaire et de son patrimoine qui fait la fierté de notre cité. Profitez du charme de la navigation au fil de la Saône, des quais de Lyon jusqu'aux rives plus sauvages pour découvrir l'insolite Ile Barbe dans son écrin de verdure, ou le quartier à l’architecture moderne « Confluence ».

 

Mardi 9 décembre : Musée Gallo-Romain de Fourvière, les Halles de Lyon et les murs peints

Visite sur le site Gallo-Romain du théâtre et de l’odéon (en extérieur), puis visite du musée : enrichies par près de cinq siècles de découvertes, les collections du Musée abordent tous les chapitres de la vie publique et privée d’une capitale de l’Empire.

 Transfert pour les Halles de Lyon Paul Bocuse, situées 102 cours Lafayette, 69006 Lyon, marché couvert où nos grands chefs, tout comme les tenanciers de nos petits «bouchons » ont l’habitude de faire leurs achats.

Un parcours exceptionnel vous promènera dans Lyon à la découverte des "trompe-l’œil", les murs peints : monde d'images, de poésie et d'art, offerts à la vue de chacun….Déambulez à travers le Musée urbain Tony Garnier, et ses fresques géantes : c’est le plus bel ensemble de fresques murales de Lyon. 25 murs peints dans la cité HBM dont il est l'auteur, rendent hommage à l'architecte lyonnais Tony Garnier (1869-1948), représentant ses œuvres. Création unique reconnue par l'UNESCO depuis 1991.

(clic sur la photo pour l'agrandir)

 

  

OUZBEKISTAN (ASIE CENTRALE - SAMARCANDE & LA ROUTE DE LA SOIE)    Circuit culturel de 12 jours (avril 2015) organisé par l'agence "Voyages Gallia"               

                                                                                  1er jour – Paris / Ourguentch

 

                                                                                  2ème jour – Ourguentch / Khiva

Khiva est un véritable musée à ciel ouvert présentant un ensemble unique et authentique, représentatif de l’harmonieuse architecture des XVème aux XIXème siècles en Asie Centrale.

 Visite de Khiva. Pénétrant dans la forteresse Ichan Kala, la ville intérieure, vous découvrirez peu à peu toutes les institutions d’une cité indépendante, puissante maîtresse d’une prospère oasis proche du fleuve Amou-Daria et d’un territoire parfois assez étendu, le Khanat de Khiva. Nous sommes ici au point de jonction de la steppe du Nord, des mers Caspienne et d’Aral ainsi que de régions plus peuplées au Sud, directement influencées par la culture perse.

Les remparts d’argile rose avec les quatre portes aux quatre points cardinaux ; Kounia-Ark, la vieille forteresse adossée aux remparts, avec la cour des monnaies, la prison, le palais, la mosquée d’été, etc. ; le caravansérail Allakouli Khan, près de la porte Est et, accolé au même bâtiment, ce qui fut le plus important marché d’esclaves d’Orient ; le palais Tach Khaouli avec la salle de réception, la suggestive salle des jugements, etc. ; adossé à ce palais, le somptueux harem au décor de majoliques bleues et blanches, où logeaient séparément épouses et concubines ainsi que les enfants du khan ; entre autres médersas, celle d’Alla-Kouki-Khan, la plus grande et la plus belle ; la mosquée-djouma, « du vendredi » qui est un passionnant musée des colonnes en bois ouvragé, typiques du pays ; le beau mausolée de Pakhlavan-Mahmoud, le principal saint du pays, tout à la fois poète, lutteur et initiateur d’une confrérie soufie, les cimetières adjacents ; enfin, les beaux minarets qui jaillissent ici et là : le Kalta-Minor, inachevé mais à la base impressionnante, le minaret d’Islam-Khodja, de 56 mètres et simplement merveilleux avec ses cercles concentriques de petites briques vernissées et polychromes.

 Dîner au palais d’été Toza Bog .

 

                                                                                 3ème jour –  Khiva / Djanbas Kala/ Boukhara

Au nord d'Ourgentch, dans le district d'Ellikkala, se trouve l'un des monuments antiques les plus remarquables d'Asie centrale, la ville fortifiée de Djanbas Kala, qui remonte au 4e siècle avant JC. Elle a été construite sur un plateau aride qui ferme une chaîne de collines qui s'étend au sud-est des montagnes de Sultanuizdag. Cette ville fortifiée a été bâtie par l'ancien état du Khorezm (l'un des plus anciens au monde).

 Arrivée au camp. Déjeuner dans une yourte. Après-midi, visite de deux sites archéologiques : Toprak Kala et Djanbas Kala.

Transfert  à l’aéroport d’Ourgentch.

22h00 : Arrivée puis transfert à votre hôtel. Dîner tardif .

 

                                                                                  4ème jour –  Boukhara / Guijdouvan /Boukhara

Départ pour Guijdouvan (40 km  de Boukhara). Visite du Musée et de l’Atelier des frères artisans céramistes Narzoullayev. La tradition des métiers d’art se transmet de génération en génération en Ouzbékistan. Pendant des siècles le peuple ouzbek a créé ses traditions techniques et artistiques, notamment en céramique, aujourd’hui protégées par l’Unesco.

Déjeuner dans une maison traditionnelle ouzbèque.

Retour à Boukhara. Traditionnelle, au charme d’antan et au mode de vie authentique, Boukhara est la plus ancienne ville de l’Asie centrale ; une oasis prospère ayant connu un prodigieux essor culturel et religieux sous la dynastie samanide au IXème siècle. Longtemps la capitale d’un khanat important, elle est aujourd’hui la seule ville de la région avec un centre historique à la fois intact et toujours habité.

Mais Boukhara évoque aussi un des quartiers de Jérusalem, tout comme Samarcande évoque le tombeau de prophète Daniel. La tradition mentionne la présence juive depuis avant Gengis Khan. La communauté juive actuelle forte de plusieurs milliers d’âmes est parfaitement intégrée à la vie nationale de l’Ouzbékistan. Visite de la synagogue.

 

                                                                                  5ème jour –  Boukhara

Journée consacrée à la visite de Boukhara, cité des plus séduisantes de par son agencement médiéval préservé à travers les âges et dont le nom évoque toujours son antique marché aux tapis.

 De nombreux groupes architecturaux anciens ponctuent la ville : l’ensemble Poï-Kalian avec son ancien minaret (1127), la vaste mosquée de Kalian avec ses galeries aux 288 coupoles et son beau mihrab. Faisant face à la mosquée, la médersa de Miri-Arab, l’une des plus importantes institutions d’enseignement religieux de la ville ; non loin, les médersas Oulough Beg et Abdoulaziz Khan se font face, la façade de la première (1417) est un chef-d’œuvre d’équilibre, elle devait servir de modèle à la médersa homonyme de Samarcande, la seconde (1651), comprenant des motifs fabuleux, trahit l’influence de la dynastie astrakhanide adeptes d’un Islam moins orthodoxe.

La mosquée Magok Attor, l’une des plus anciennes de la ville sur le site d’un ancien temple zoroastrien. A l’intérieur un musée du tapis vous permettra de reconnaître les motifs des tribus nomades qui vendaient cet article sur les marchés de la ville.

Continuation de la visite autour de l’ensemble du Liabi-Khaouz, particulièrement harmonieux et agréable, comprenant la médersa Koukeldach, la khanaka et la médersa Nadir Divan Beghi avec, au centre, un grand khaouz. Les khaouz étaient des bassins que remplissaient des canaux du Zeravchan, le fleuve proche, et où les habitants de Boukhara puisaient directement l’eau. Parfaitement insalubres ils ont été asséchés sauf trois dont les bords ombragés abritent des maisons de thé ; les coupoles des marchands, dont il subsiste 3 exemples à Boukhara. On disposait ces édifices au croisement de rues importantes, elles abritaient des dizaines d’échoppes et d’étals de marchands. Celles qui restent présentent des tissus, des chapeaux, etc. .

Dîner folklorique autour du plov le plat traditionnel local à la médersa Nadir Divan Beghi. Un groupe folklorique comprenant des musiciens et des danseuses anime le dîner interprétant des airs et des danses des différents groupes ethniques de la région. Nuit à l’hôtel.

 

                                                                                 6ème jour –  Boukhara

Suite des visites à Boukhara avec la citadelle Ark, forteresse des souverains, vieille de 2000 ans, qui domine le Régistan, historiquement la principale place de la ville ; la mosquée Bolo Khaouz dont la façade Ouest se reflète dans le khaouz du XVIème siècle qui lui a donné son nom.

Proche de la citadelle Ark et fréquentée parfois par l’émir, la décoration intérieure en est somptueuse ; le mausolée d’Ismail Samani (IXème siècle), l’un des plus anciens monuments au monde à la mémoire d’une personnalité musulmane. C’est vraiment un édifice unique, inscrit sur la liste du patrimoine de l’Unesco, d’une grande finesse avec sa décoration de briques cuites disposées de manière à reproduire de nombreux motifs ; Tchor Minar, ou « 4 minarets », désigne un étrange monument du XIXème siècle, l’œuvre d’un riche marchand influencé par l’architecture indienne ; etc.

Puis visite de trois ensembles hors de la ville : le palais d’été, Sitora i Makhi Khossa, du dernier émir de Boukhara. L’ensemble est influencé par l’architecture européenne avec sa « salle blanche »;

 

                                                                                 7ème jour –  Boukhara / Samarcande – 420 Km

Route pour Samarcande. La ville, située dans la vallée du Zeravchan, et occupant le centre de la route de la soie, existait déjà à l’époque d’Alexandre le Grand. L'ancienne capitale de Timur-Leng (Tamerlan) a été surnommée "l'Eden de l'Orient". Tamerlan voulait en faire la capitale des capitales et il est vrai que la découverte de ce jardin d'azur de pierres qu'est Samarcande marque profondément les visiteurs.

Découverte de l’ensemble Gour Emir, le tombeau de l’émir Tamerlan, splendide ensemble autour de la célèbre pierre tombale de Tamerlan en néphrite verte et d’autres pierres tombales de familiers qui surplombent les tombeaux effectifs qui se trouvent  dans la crypte.

La place du Régistan, le sommet de tout voyage en Ouzbékistan et, au-delà, un ensemble éblouissant qui compte parmi les plus beaux et les plus marquants qui soient. Tout d’abord la perspective est majestueuse et encore mise en valeur par les proportions habilement combinées des trois médersas d’Oulough Beg (1420), de Chir Dor (1636), ces deux premières se faisant face, et de Tillia Kari (1660). Ensuite la décoration des portails et des minarets est somptueuse avec leurs panneaux en mosaïque ciselée et glaçurée. Enfin la place n’est pas seulement un décor, chaque médersa possède sa fonction propre, historique et actuelle. Ainsi Tillia Kari abrite une mosquée dont la salle centrale est surplombée par une somptueuse coupole ornée de motifs rehaussés d’or et de stucs dorés imitant le rayonnement du soleil.

Son et lumière sur la place du Régistan. Une occasion unique d’admirer ce chef-d’œuvre qui compte les plus beaux dans une ambiance qui rehausse encore sa beauté.

 

                                                                                 8ème jour –  Samarcande

Visite de Samarcande. L’impression est différente de celle de Boukhara car les monuments, s’ils sont plus spectaculaires, sont disséminés dans une ville essentiellement moderne.

Vous y verrez : la nécropole Chakhi Zinda, du « roi vivant », lieu de pèlerinage vers le lieu ou l’un des cousins de Mahomet aurait disparu après avoir été décapité par les habitants de Samarcande qui résistaient à l’une des premières tentatives d’invasion arabe. On accède à la grande mosquée funéraire par un alignement unique de mausolées dont les ornementations vernissées comptent parmi les plus belles d’Asie centrale ;

La mosquée de Bibi Khanym, du nom de l’épouse favorite de Tamerlan qui assurait la régence lors des nombreuses expéditions guerrières de son mari. Bâtie en 5 ans elle est de proportions vraiment grandioses avec une cour intérieure de 130 mètres sur 102, deux minarets de 50 mètres.

Le marché de Samarcande prés de la mosquée de Bibi Khanym.

Visite de l’observatoire d’Oulough Beg, le petit-fils de Tamerlan est un savant émérite. Une visite de nature plus scientifique sur le site de la plus grande perfection qu’ait pu atteindre l’astronomie avant l’invention du télescope.

En fonction du temps imparti, possibilité de visiter l’église orthodoxe de Saint Alexis.

Dégustation de vins et cognac Khovrenko. Déjeuner en cours des visites.

Visite du musée Afrosiab dans lequel vous admirerez des fresques du VIIème siècle trouvées dans le palais de Varkhouman. Le bien le plus précieux de ce musée est une frise du VIème siècle qui occupe toute la salle centrale et représente une caravane transportant des présents pour le souverain. C’est l’une des plus belles pièces de l’art sogdien.

Présentation des Costumes de soie « Valentina Romanenko ».

Dîner chez l’habitant .

 

                                                                                  9ème jour –  Samarcande / Chakhrisiabz / Samarcande

 Départ en direction de Chakhrisiabz. Tamerlan naquit près de ce village en 1336 et décida d’y édifier Ak-Saraï le    «palais blanc» afin de commémorer cet auguste événement. Il y adjoignit bientôt un mausolée destiné à abriter sa dépouille ainsi que celle de son fils préféré et rebaptisa le village de Kech en Chakhrisiabz «noyé dans la verdure». L’endroit vaut réellement le détour tant pour ses monuments que pour les paysages qui l’entourent.

 Déjeuner dans une maison traditionnelle ouzbèque.

 Visite de la ville de Chakhrisiabz : le palais Ak Sarai, ancienne résidence de Tamerlan où seule une partie de  l’arche de l’entrée principale subsiste et où l’on peut encore voir quelques feuilles d’or accrochées à l’émail ; la  mosquée Kok Goumbaz, appelée ainsi à cause de son dôme bleu et qui était la mosquée du vendredi de Chakhrisiabz ; le « mazar » (chapelle) de Chamseddine Koulial. Chamseddine était le maître à penser du père de Tamerlan et la légende veut que l’édifice abrite leurs deux dépouilles ; le mausolée de Goumbazi Seïidon (1438), création du petit-fils de Tamerlan, Oulough Beg, et qui devait abriter son tombeau ainsi que celui de ses descendants.

 

                                                                                10ème jour –  Samarcande / Terzak / Tachkent

Départ pour le village « Terzak » (environ 45 km), situé au pied du mont Aman-Koutan.

Vous pourrez, le temps d’une ballade, découvrir les villageois locaux, leurs familles, les traditions du village.

Une véritable immersion dans la vie authentique ouzbèque !

Déjeuner.

Transfert à la gare de Samarcande. Installation dans le train « Afrosiab ».

17h00 – départ en train pour Tachkent (4 heures de trajet).

20h40 – Arrivée à la gare de Tachkent et transfert à votre hôtel.

  

                                                                                 11ème jour – Tachkent

Tachkent, une importante localité au carrefour de la fameuse "route de la soie" et de la "route de l'or" qui venait de Sibérie, a beaucoup souffert lors du tremblement de terre de 1966 et a été reconstruite depuis. Elle conserve toutefois une ambiance exotique avec ses marchés en plein air et ses parcs où pousse une végétation typique des oasis de la région. Tour panoramique de la capitale de la République d'Ouzbékistan : la place Tamerlan (Amir Timur), l’épicentre du tremblement de terre avec le monument à la solidarité des républiques de l'ex-Union Soviétique, la tour de la télévision, les médersas Koukeltach et Barakh-Khan, le mausolée Kaffal Shashi, etc.

Découverte du Coran d'Othman, une copie manuscrite du Coran qui est considérée comme la plus ancienne copie du Coran au monde. Elle est réputée garder une trace de sang d’Othman, troisième calife musulman, qui en avait ordonné la recension et qui le lisait quand il fut assassiné.

Arrêt à la médersa Abdul Kassim qui abrite aujourd’hui de nombreux ateliers d’artisans et à la mosquée Tellia Cheikh.

Dans le cas où vous acceptez de partir de l’hôtel plus tôt ce jour, vous pourrez également aller au Bazard d’Alai ou de Tchor-su.

Visite du musée des Arts Appliqués Ouzbeks, seul musée en Asie centrale qui possède une collection internationale conséquente. Dans la somptueuse résidence du prince Polovtsev, que ce dernier fit bâtir et décorer en 1907 dans le style ouzbek par les meilleurs artisans locaux, vous pourrez voir des collections d’œuvres de l’artisanat ouzbek traditionnel : objets de bois et de métal ciselé, tissus, bois peints, broderies, céramiques, bijoux d’argent etc.

Dîner d’adieu au restaurant et nuit à l'hôtel.

 

                                                                              12ème jour –  Tachkent / Paris

Visite du métro, la fierté des ouzbeks. Déjeuner en ville et transfert à l’aéroport pour retour France. 

Remerciements à René.

Cet agréable séjour se termine

Il est temps de remercier René

Pour son encadrement discret et compétent

Et de le libérer de ses "34 voleurs d'images"

Autour de Daniel et de Marie-Anne chacun a été au top

Une équipe prévenante et soudée

Des échanges en tout genre ont eu lieu

Le resto ouzbèque parisien pourrait être

Un autre lieu de retrouvailles !!!

Avec, comme le disait Mansur,

"Votre beau sourire et votre gentillesse"

Bon retour parmi les vôtres.

Danièle Terrier

Anniversaire de mariage (pour Geneviève et Georges)

Fête d'un soir (Françoise et Danièle chantent avec 34 choristes)

Bon anniversaire. Le temps passera

Comme la rivière qui coule là-bas

 

Bon anniversaire, le temps vous laissera

Quelques rides au front qui vous embelliront

 

A Vous qui êtes fêtés, nous voulons vous souhaiter

Nos voeux les plus sincères en cette journée

Tout au long de votre vie, vous garderez le souvenir

Que chaque année qui passe permet de grandir

 

A Vous qui êtes fêtés, nous voulons vous souhaiter

Bon anniversaire !!!

Danièle Terrier & Françoise Malique

Remerciements à Mansur et Sacha

"Ali René et les 34 voleurs"

Pas sur un tapis volant

Mais par "Ouzbekistan Air Line"

Que Mansur nous a vus débarquer.

Sacha dans son car bus "Marco Polo"

Nous a embarqués

Cette route de la Soie, des caravanes l'ont foulée

Des civilisations se sont croisées

Laissant trace de leurs civilisations et de leurs cultures

Mansur nous a tout raconté

René surveillait ses 34 voleurs d'images

Les sourires, les échanges, l'accueil qui nous était réservé

A Paris, nous pourrons en témoigner

Puisse la sagesse humaine préserver

Les richesses de notre planète

Afin que les générations futures en profitent et admirent.

Merci Mansur, il nous reste à réviser tes leçons

Quant à Sacha, bravo pour sa conduite zélée.

Danièle Terrier